La certification, reconnaissance de la qualité

Tous les établissements de santé sont soumis à une évaluation externe garantissant leur niveau de qualité et de sécurité dans la prise en charge des patients. Cette évaluation porte le nom de certification, elle est pilotée au niveau national par la HAS (Haute Autorité de Santé).

Tous les quatre ans la HAS visite les établissements de santé et mesure les progrès accomplis.

Cette organisation permet ainsi :

  • de faire ressortir les points prioritaires devant être améliorés ;
  • de valoriser les actions d’amélioration mises en place.

Dans ce cadre, le Centre Hospitalier a développé une politique qualité visant à satisfaire au mieux les exigences réglementaires et les attentes des patients.

Le Centre Hospitalier de Vichy a eu sa 4e visite de certification en mars 2015 et a obtenu une Certification de niveau B avec recommandation d’amélioration.

Vous pouvez consulter notre rapport de certification ici.

Les indicateurs de qualité et de sécurité des soins

Le ministère chargé de la santé a mis en œuvre, en lien avec la Haute Autorité de Santé (HAS), un dispositif de généralisation d’indicateurs de qualité et de sécurité des soins dans tous les établissements de santé.
Afin de renforcer l’information auprès des usagers du système de santé, la loi «Hôpital, patients, santé et territoires» (HPST) prévoit que les indicateurs de qualité soient mis à la disposition du public par les établissements de santé eux-mêmes.

ENQUÊTES DE SATISFACTION

L’établissement analyse la satisfaction des patients.

D’une part, un questionnaire de satisfaction est joint au livret d’accueil remis dans le service d’hospitalisation lors de votre entrée. Vous avez donc la possibilité de vous exprimer sur les conditions de votre hospitalisation dès votre sortie de l’établissement. Vous pouvez  remettre ce questionnaire directement dans le service ou au bureau des admissions ou l’envoyer au directeur. Prochainement vous pourrez également le rédiger sur ce site.

D’autre part, une fois par an, une enquête téléphonique est organisée. Elle se situe 4 semaines après l’hospitalisation. Elle est réalisée par un institut de sondage indépendant de l’établissement au moyen d’un questionnaire national. Cette enquête est facultative, votre consentement sera recueilli durant votre hospitalisation.

Les résultats de ces enquêtes vont permettre à l’établissement de mettre en place des actions afin d’améliorer la qualité de votre prise en charge.

LES VIGILANCES

Pour améliorer la qualité de votre prise en charge et la sécurité des soins qui vous sont prodigués, notre établissement a mis en place des dispositifs de surveillance. Parmi eux :

Hémovigilance

C’est la surveillance de la traçabilité de tous les produits dérivés du sang et de leurs éventuels effets secondaires.

Matériovigilance

C’est la surveillance de la conformité, de la traçabilité et de l’inocuité des dispositifs médicaux.

Pharmacovigilance

C’est la surveillance de la tolérance et des effets secondaires induits par les médicaments.

Identitovigilance

Elle a pour but d’anticiper et d’éviter les erreurs et risques qui pourraient découler d’une mauvaise identification des patients

Réactovigilance

Elle a pour objet la surveillance des incidents et risques d’incidents résultant de l’utilisation d’un dispositif médical de diagnostic in vitro (DMDIV).

Le comité de lutte contre les infections nosocomiales (C.L.I.N.)

Les infections nosocomiales sont des infections contractées en milieu de soins. Leur gravité est liée à l’état initial du patient et à la localisation de l’infection.

Depuis 1988 existe dans notre établissement un « Comité de Lutte contre les Infections Nosocomiales » multi-disciplinaire.
Il actualise les protocoles de soins selon les recommandations en vigueur, participe à des enquêtes nationales et interrégionales en réseau, surveille la qualité de l’environnement (Air, Eau, Surfaces) avec des recherches ciblées [légionelle et autres germes] et spécifiques à certaines activités [blocs opératoires, hémodialyse, néonatologie, …].
Il a également un rôle d’alerte et de prévention pour des maladies infectieuses non nosocomiales dites « à haut risque », comme les méningites à méningocoque et pour la gestion d’épidémies ciblées.

Le risque infectieux nosocomial ne pourra jamais être nul. Mais depuis plus de trente ans, tous les professionnels de santé et l’administration mettent en œuvre au quotidien les mesures nécessaires pour le réduire au maximum.

Le comité de lutte contre la douleur (C.L.U.D.)

La douleur n’est pas une fatalité. On peut la prévenir, la traiter.
Vous soulager de votre douleur est une de nos premières préoccupations.
Pour répondre à cet engagement, un “comité de lutte contre la douleur” a été institué au sein du Centre Hospitalier Jacques Lacarin.

Présidé par M. le docteur COLAMARINO, médecin neurologue, ce comité a pour mission d’aider à la définition d’une politique de soins cohérente en matière de prise en charge de la douleur, ainsi qu’à la promotion et à la mise en œuvre des actions dans ce domaine.

DÉVELOPPEMENT DURABLE À L’HÔPITAL

Depuis 2009, le Centre Hospitalier de Vichy est pleinement engagé dans une démarche de développement durable. L’objectif est d’intégrer les enjeux du DD dans les pratiques professionnelles des acteurs de santé et de prendre en compte systématiquement ces aspects dans les processus de décision.

Par ailleurs, l’un des critères de la certification délivrée par la Haute Autorité de Santé (HAS) concerne l’inscription de l’établissement dans une démarche de développement durable.

Le CHV a créé un guide destiné à l’ensemble de ses agents, afin de les sensibiliser et les orienter sur les gestes éco-responsables dans leurs vies professionnelle et personnelle.

Conformément à la réglementation, vous pouvez consulter notre Bilan des émissions de gaz à effet de serre.